Atari 7800

Atari 7800 "ProSystem"

Version améliorée de la 2600 prévue pour 1984 et directement compatible avec cette dernière, la 7800 est la première console d'Atari à exiger que les titres spécifiques soient signés par Atari (pour éviter la prolifération de titres de mauvaise qualité qui on pourri la réputation de la 2600). Si le jeu n'était pas signé, la console basculait dans un mode de compatibilité limité aux capacités de la 2600 : moitié moins de puissance CPU, 128 octets de RAM, et ROM limitée à 4 Ko. La plateforme technique était destinée à permettre le portage des titres d'arcade de l'époque.

Suite à des imbroglios juridiques, la console n'a réellement démarré qu'en 1986. Le mode de fonctionnement assez particulier de la console fait qu'elle peut être plus puissante qu'une NES, mais pas toujours. Le circuit sonore a aussi très peu évolué, cependant Atari a prévu de permettre l'amélioration de la qualité du son via l'ajout de puces sonores dédiées dans les cartouches de jeu. Son mode de gestion des sprites diffère radicalement de la concurrence, et la console est capable de changer de résolution par scanline - ce qui permet par exemple un plateau de jeu coloré basse résolution, et des sous-titres monochromes plus précis.

Toujours perdue dans des soucis juridiques, le développement de jeux pour la console a été très lent : sa première année d'existence, elle n'avait que 10 titres... Stoppée en 1992 avec tout le reste de la division micro-informatique 8-bit d'Atari, la console a connu un succès d'estime mais a été perdue par un budget marketing riquiqui, des choix techniques pas toujours très appréciés, une lenteur de sortie de jeux assez gênante et surtout un gros retard d'arrivée sur le marché. Sur le marché européen, elle a surtout été commandée par correspondance car chassée des linéaires.

Les jeux pour la console étaient développés sur plateforme Atari ST : des disques contenant le code source pour plusieurs jeux de la console ont été trouvées dans les poubelles derrière les locaux d'Atari.

Accessoires

La console a d'abord été fournie avec un joystick 2 boutons, puis par la suite, une manette avec un mini stick et 2 boutons, davantage similaire aux manettes de la NES et de la Master System. D'autres périphériques ont été prévus pour la console mais jamais commercialisés, d'ailleurs le port d'extension de cette dernière a été supprimé après la première production.

Similaire à la NES mais employée beaucoup plus rarement, l'inclusion de puces d'extension dans la cartouche pour améliorer les capacités de la console a vu 2 jeux incluant un coprocesseur sonore POKEY. Un autre coprocesseur, GUMBY, devait sortir mais n'a jamais été terminé.

Caractéristiques techniques

  • CPU : Atari SALLY, variante custom du MOS 6502 à 1,79 MHz maxi (mais réduit sa fréquence à 1,19 MHz quand d'autres puces tournent avec elle)
  • RAM: 4 Ko, + ROM: 4 Ko BIOS, cartouches de 48 Ko (sans changement de banque)
  • GPU : puce spécifique MARIA à 7,15 MHz capable d'afficher les résolutions 160×240 (160×288 PAL) ou 320×240 (320×288 PAL) en 256 couleurs (16 nuances * 16 luminescence), mais avec des limitations en fonction du mode graphique. Capale de gérer 100 sprites, max 30 par ligne.
  • Son : puce TIA, même que pour la 2600, mais utilisée uniquement pour le son sauf en mode émulation.