Sega Dreamcast + VMU

Sega Dreamcast

Sortie en 1998 pour tenter de rattraper le flop du duo 32X + Saturn, la Sega Dreamcast est la première représentante des consoles connectées. Très avancée techniquement et plus puissante que ses concurrentes pourtant sorties après elle, le catalogue natif n'était pas à la hauteur malgré quelques petits bijoux comme Crazy Taxi ou Shenmue. Comme d'habitude chez Sega, le matériel de la console était très proche de celui qu'on trouvait dans leurs bornes d'arcade de l'époque, les modèles dits NAOMI, ceci afin de faciliter le port des jeux et réduire les coûts.

Autre innovation, chaque manette de la console pouvait se voir connecter une Visual Memory Unit : sorte de minuscule console portable très basique, la VMU servait à stocker les sauvegardes des parties (désormais plus limitée à la console elle-même) et pouvait servir d'afficheur auxiliaire pour le jeu. Plus intéressant encore, la VMU pouvait servir à jouer à de petits jeux embarqués. Fonctionnant sur deux piles CR-2032, les VMU étaient vendues séparément de la console et ont fait l'objet d'éditions limitées, de version customisées...

La console aussi, d'ailleurs - disponible en packages "édition limitée" avec un jeu et la VMU qui va avec, la Dreamcast marque l'arrivée des consoles que vous voulez prendre des photos trop kawaii avec.

Et pour éviter de reproduire les erreurs de la Saturn, la console est développée comme un ordinateur, avec des circuits courants et une architecture simple : finis les coprocesseurs en veux-tu en voilà, tout est basé sur un processeur de base PowerPC (comme les ordinateurs Apple de l'époque), un accélérateur graphique polygonal de chez PowerVR, un lecteur CD "boosté" pour supporter 1 Go par galette et un modem intégré mais dans un module amovible pour d'éventuelles mises à jour. La console avait tout pour plaire : elle est même la première console à pouvoir fonctionner nativement en 640x480 avec une sortie VGA ! Le pied sur un vidéoprojecteur. Elle permet même de s'en servir comme d'un ordinateur, Microsoft sortant une version spéciale de Windows CE pour la console. Xbox ou pas, y'a pas de petits profits.

Oui mais...

Sony annonce la PS2 et son "Emotion Engine", les branches US et Japon de la firme se cherchent des poux, les consommateurs, échaudés par le support très... aléatoire, disons, de la génération précédente par Sega ne veulent pas se faire ébouillanter une nouvelle fois et attendent de voir venir. Idem pour les développeurs : les grands studios du moment boudent la plateforme, les sorties de jeux ne suivent donc pas.

Sega brade alors la console et les ventes remontent petit à petit, mais les pertes s'accumulent : Sega se restructure et quitte le marché de la console de salon. La plateforme a vécu...

Accessoires

En plus des VMU, la console supportait la possibilité de changer le modem : d'origine un modem téléphonique à 32 Kbps, les modèles US et Europe ont vu arriver une version 56 Kbps.

  • LAN adapter : adaptateur Ethernet 10 Mbps. Exclusif au Japon, permet uniquement d'utiliser le navigateur Internet fourni avec. Se branche à la place du modem.
  • HIT-0400 : adaptateur Ethernet 10/100 Mbps permettant de se brancher à un réseau ADSL ou LAN. Se branche à la place du modem. Le débit conséquent a facilité l'utilisation de consoles piratées pour copier des jeux.
  • clavier : la console peut aussi servir d'ordinateur.
  • souris : voir clavier.

Caractéristiques techniques

  • CPU : Hitachi SH-4 32-bit RISC à 200 MHz
  • RAM : 16 Mo
  • Vidéo : NEC PowerVR2 à 100 MHz (capable d'afficher 3 millions de polygones multi-mappés et ombrés à la seconde, une version très sommaire de pixel shading, et de l'antialiasing) et 8 Mo de RAM dédiée
  • Son : Yamaha AICA capable de gérer 64 voix ADPCM et 2 Mo de RAM dédiée
  • Stockage : GD-ROM (sorte de CD-ROM à plus haute densité capable de stocker 1 Go par galette), VMU (hybride carte mémoire et tamagochi)
  • Communication : dépend du modem installé - le top du top (HIT-0400 mentionné plus haut) utilisait un Realtek 8139, puce très courante sur les ordinateurs connectés en réseau Ethernet.