Nintendo Game Boy

Nintendo Game Boy

Sortie en 1989 comme héritière des Game & Watch et de la Famicom, le Game Boy (officiellement, c'est un garçon) était une console monochrome 8-bit de Nintendo. Moins avancée que la Lynx d'Atari mais aussi moins chère et avec une ludothèque rapidement très complète, la console s'est imposée comme incontournable pour plusieurs raisons majeures :

  • une autonomie sans égale chez la concurrence (jusqu'à 15 heures de jeu avec 4 piles LR6)
  • une ludothèque très étoffée de jeux vraiment bons : Super Mario Land, Zelda : Link's Awakening, Tetris, les Kirby's Dream Land... Et les Pokémon. N'oublions pas Pokémon.
  • elle plaît même aux filles : Tetris plaît à tout le monde, la console est rapidement disponible en plusieurs coloris et elle est vraiment compacte.

Pour caricaturer, en plus des enfants, Nintendo a atteint un public très large de secrétaires qui pouvaient faire autre chose qu'une manucure entre la frappe de deux mémos, la console tenant parfaitement dans un sac à main.

Pas exempte de défauts, la console est décriée pour son écran monochrome minuscule non rétroéclairé, son manque de puissance relatif et son son nasillard. Cela ne suffit pas à enrayer son succès, parce que la console est unique sur le marché en étant réellement portable - "vous jouez où avec le vôtre ?" est une série de publicités françaises mettant la console en situation dans des endroits plus incongrus les uns que les autres.

Pas puissante ne signifie pas que la console n'innove pas : à l'instar de la Lynx, la console comporte un connecteur qui permet de connecter 2 consoles entre elles, voire (avec un adaptateur) jusqu'à 4. Ce connecteur a servi d'inspiration au format FireWire, port série très utilisé en vidéo jusqu'à ce que l'USB prenne le pas.

Les variantes

Nintendo n'a eu de cesse de capitaliser sur les avantages de la console : les versions successives de la console la rendent encore plus petite et gomment les défauts du premier modèle. Fait intéressant, Nintendo a conservé un certain niveau de compatibilité entre les différentes versions de la console...

Game Boy Pocket

Bien plus compacte, avec un écran plus grand sans rémanence et une autonomie de 10 heures avec 2 piles AAA/LR03, elle est électroniquement identique à la première version.

Game Boy Light

Un peu plus grosse que la Pocket mais ajoutant un rétro-éclairage, cette console n'est sortie qu'au Japon. Elle offre 20 heures d'autonomie avec 2 piles LR6/AAA sans rétroéclairage, et 12 heures avec rétroéclairage.

Et la suite?

On pouvait jouer aux jeux Game Boy sur Super Famicom, via un adaptateur dédié : le Super Game Boy. Ce dernier ajoutait des couleurs et bords d'écran préprogrammé à plusieurs jeux existants, et permettait aux jeux qui le prenaient en compte d'afficher de la couleur. Sinon, pour les jeux "classiques", le joueur pouvait choisir une palette préprogrammée ou même créer la sienne. Les jeux compatibles comportaient un logo "Super Game Boy Game Pak" et fournissaient leur propre tour d'écran ou, dans certains rares cas, une colorisation poussée du jeu : Donkey Kong et les Pokémon tiraient pleinement partie de cette possibilité.

La plateforme a eu comme successeur le Game Boy Color, laquelle accepte les mêmes cartouches - ce qui permettait à des jeux spécifiquement programmés de fonctionner indifféremment sur l'une ou l'autre machine. On citera Zelda : Link's Awakening DX qui reprend ce titre-phare de la console de base et reste jouable dessus mais ajoute, sur Game Boy Color uniquement, un donjon entièrement basé sur des énigmes de couleur et la possibilité de prendre des "photos" pendant le jeu (en contrepartie, on a perdu le bikini de la sirène et quelques autres petits trucs marrants - bouh).

Accessoires

Ente les accessoires officiels et tierces, la collection est immense mais inclut (liste non exhaustive) :

  • connecteur 4 Game Boy
  • imprimante
  • appareil photo
  • pochettes de transport
  • packs de batteries rechargeables
  • loupes avec rétroéclairage
  • hauts-parleurs
  • ou des combinaisons de toute la liste

Certains accessoires ont été annoncés, mais pas commercialisés, comme le WorkBoy, un clavier qui transforme la console en PDA.

Caractéristiques techniques

  • CPU : processeur 8-bit Sharp spécifique basé sur Z80 et 8080 à 4,19 MHz
  • RAM : 8 Ko + 16x8 Ko max sur cartouche (par bank switching)
  • Vidéo : 160 x 144, 4 niveaux de vert/gris, près de 60 images par seconde (forte rémanence sur l'originale cependant)
  • Son : 2 canaux FM, 1 générateur de bruit, 1 canal PCM
    • haut-parleur mono
    • connecteur stéréo
  • Cartouches : jusqu'à 1 Mo
  • Alimentation :
    • 4 piles LR6/AA (original) - 2 piles LR03/AAA (Pocket) - 2 piles LR6/AA (mini) - de 10 à 20 heures de jeu en fonction du modèle et du mode
    • port alimentation 6V (original) - 3V (Pocket, Light)
  • Connectique : 1 connecteur série