Atari Jaguar avec sa manette

Atari Jaguar

Créée par Atari en 1993 pour participer au boom des consoles 32-bit, la console a été commercialisée en mettant en avant ses capacités "64-bit". En fait, la largeur du bus principal, la machine elle-même étant animée par un Motorola 68000 (32-bit) et une paire de coprocesseurs baptisés Tom et Jerry - eux aussi 32-bit.

La console n'est pas, originellement, créée par Atari; mais les ingénieurs indépendants à l'origine de sa création ont été convaincus de monter une structure financée par Atari%. En interne, le projet s'est retrouvé en concurrence avec un projet nommé Panther et a rapidement pris le pas sur ce dernier, qui a été annulé.

La console s'est vue rapidement adjoindre un lecteur CD et son prix a aussi rapidement baissé. Problème, les bugs matériels nombreux et la structure complexe des processeurs rend le développement ardu ont fortement limité la sortie de titres sur la machine : une cinquantaine de titres au total.

La mauvaise santé financière d'Atari et et les faibles ventes de la console ont fait que Atari a été rachetée par JTS, Inc. qui a voulu liquider le stock de Jaguar le plus vite possible, tout développement de la Jaguar a donc été stoppé net et Atari est sortie du marché des consoles.

Quand Hasbro a racheté ce qu'il restait des avoirs Atari en 1998, fait assez unique dans l'histoire des consoles, la société a déposé la Jaguar et ses spécifications dans le domaine public.

Caractéristiques techniques

  • Processeur principal : Motorola 68000 16-/32-bit, 13,295 MHz
  • Mémoire vive : 2 Mo sur un bus 64-bit avec 4 modules DRAMs (80 ns) en parallèle
  • coprocesseur vidéo Tom, 26,59 MHz : GPU 32-bit type RISC, 4 Ko de RAM interne, tous les effets graphiques sont logiciels avec des extensions destinées aux opérations 3D
    • Object Processor : processeur vidéo 64-bit, convertit les listes d'affichage en signal vidéo en temps réel.
    • Blitter : processeur graphique haute vitesse à fonctions fixes et registres internes 64-bit, s'occupe des opérations logiques, du z-buffering et des ombrages de Gouraud.
    • Contrôleur DRAM : gestion mémoire en 8-, 16-, 32- et 64-bit.
  • coprocesseur audio+vidéo Jerry, 26,59 MHz : Digital Signal Processor - type RISC en 32-bit, 8 Ko de RAM interne
    • coeur RISC similaire à celui de Tom, avec des instructions dédiées à la gestion sonore
    • son qualité CD (16-bit stéréo)
    • le nombre de canaux audio est limité par logiciel
    • Deux DACs stéréo
      • 100 % stéréo
      • synthèse par table d'échantillon et par génération de fréquence
      • une horloge intégrée avec des chronos et un UART
      • contrôle du joystick
  • Support de jeux : cartouches ROM jusqu'à 6 Mo
  • Connecteurs :
    • port DSP (JagLink)
    • port affichage (composite/S-Video/RGB)
    • port antenne (UHF/VHF) - fixé à 591 MHz in Europe, non présent sur le modèle français
    • Support pour les I/O ComLynx

Les machines NTSC et PAL peuvent se distinguer par la couleur de leur LED : rouge pour NTSC,  vert pour PAL.