PC-Engine

NEC PC-Engine

Sortie au Japon en 1987, la PC-Engine de NEC a connu toute une série de révisions et de changement de nom. Résultant d'une coopération entre un fabricant de semi-conducteurs (NEC) et un éditeur de jeux vidéo (Hudsonsoft), la console brillait par ses capacités techniques et sa logithèque impressionnante et de qualité. Son principal défaut a été sa mauvaise diffusion en dehors du Japon et la rareté de titres adaptés à une sortie internationale. D'ailleurs, en Europe, elle n'est réellement sortie qu'en France, suite à une coopération avec Guillemot.

D'un gabarit réduit, voire minimaliste, la console acceptait des jeux au format HuCard de la taille d'une carte de crédit. La puissance de la console rendant l'ajout de puces par jeu pas vraiment utile, les cartouches ne contenaient que de la ROM. Un autre format, rapidement accepté puis intégré dans les révisions ultérieures de de la console, était le lecteur CR-ROM : capable de jouer de l'audio mais aussi de contenir des jeux, la PC-Engine fut donc la première console grand public à adopter le CD comme média.

Avec un total de près de 700 jeux sortis, la plateforme a été un succès indéniable au Japon où elle a régulièrement damé le pion aux consoles 8- et 16-bit de Sega et Nintendo. L'abandon du marché US et le délaissement du marché européen n'ont cependant pas aidé la marque à se pérenniser.

PC-Engine

Minimaliste avec sa taille de livre de poche et ses cartouches de la taille d'une carte de visite, la PC-Engine première du nom est sortie au Japon en 1987. Son principal point faible était la connectique, car elle se branchait à la TV avec une prise RF (antenne) sur laquelle il fallait régler la TV. Compréhensible aux USA mais inacceptable dans ce temple de la modernité qu'est le Japon, elle fut assez vite remplacée par...

CoregrafX 1 & 2

Visuellement, rien ne la démarque de sa prédécesseure, à part qu'elle est grise au lieu de blanche. Techniquement, elle sort le modulateur RF pour utiliser un connecteur A/V, et remplace le processeur par une variante a priori moins buggée. La version 2 remet le processeur d'origine - visiblement, les  bugs avaient leur utilité.

SuperGrafX

Version survitaminée de la PC-Engine, cette version double le processeur, ajoute un coprocesseur vidéo et quadruple la RAM système. Entièrement compatible avec les versions précédentes, elle hérite de leur logithèque. Cependant, techniquement toujours 8-bit, seulement 7 jeux spécifiques sont développés pour elle.

TurboGrafX

Version US de la console. Pas de zonale logiciel, mais les formes différentes de prises manette et de cartes de jeu rendent l'utilisation des jeux et accessoires de la PC-Engine impossible.

Shuttle

Version pas chère de la console, une des rares à ne pas être compatible avec le CD-ROM.

TurboExpress

Version portable, avec un écran LCD couleur rétroéclairé. Pas compatible avec le CD-ROM, mais on peut y brancher un tuner TV. Le meilleur écran de sa catégorie, mais un appétit de piles à sa mesure.

LT

Version transportable, avec un écran repliable. Chère et requérant de se brancher au secteur pour fonctionner, elle s'est peu vendue.

Duo/TurboDuo (avec ses variantes Duo-R et Duo-RX)

Version "tout en un" de la PC Engine de base avec un lecteur CD-ROM de dernière génération. La Duo-RX est fournie avec un pad 6 boutons au lieu des classiques 4 boutons.

La technologie principale de la console étant toujours 16-bit, la plateforme a fini par marquer le coup. NEC décida de sauter la génération 16-bit et de se lancer directement sur le marché des 32-bit avec la PC-FX.

Accessoires

Il y a eu deux principales catégories d'accessoires pour la PC-Engine : des manettes, et des lecteurs CD.

  • TurboGrafX-CD/CD-ROM2 : lecteur CD-ROM connecté au port d'extension de la console. De la même taille que la PC-Engine, il se posait à côté avec une "barre" qui reliait les deux appareils et remplaçait les alimentations de l'installation avec une seule, unique. Pour la version américaine de la console, qui avait une forme différente, ce connecteur pose le lecteur CD-ROM sur le dessus de la console.
  • Super CDROM2 : version améliorée du CD-ROM2. Fourni avec une carte d'extension pour les anciennes consoles, et identique à la version intégrée dans la Duo.
  • TurboPad : version améliorée du pad classique avec 2 boutons "turbo".
  • TurboStick : "manche à balai"
  • Ten No Koe 2 : extension mémoire pour permettre l sauvegarde pour des jeux compatibles. Cette carte étant au format NuCard, elle ne servait que pour les jeux CD.
  • Arcade Pad 6 : version 6 boutons, fourni avec la Duo-RX mais aussi séparément pour les précédentes consoles.

Caractéristiques techniques

  • CPU :
    • Hudson HuC6280(A), processeur 8-bit spécifique mais basé sur le MOS 65C02 à 7,16 Mhz.
    • Sur la SuperGrafX, doublé d'un autre Hu6280a ; les deux processeurs sont synchronisés via un coprocesseur HuC6202
    • coprocesseur  vidéo : HuC6270 (toutes les versions)
  • RAM : 8 Ko, passée à 32 Ko sur la SuperGrafX, et étendue de 256 ou 2048 Ko selon le modèle de CD-ROM installé (avec sa carte d'extension, ou installé d'office dans les Duo)
  • Vidéo : 256x239, 336x239, 512x224, palette de couleur de 15 (+ transparence) parmi 512, mais les palettes peuvent varier de sprite à sprite et avec le fond. 64 Ko de RAM vidéo de base, 128 Ko pour la SuperGrafX.
  • Son : 6 canaux, FM ou PCM basse qualité, peuvent être combinés 2 par 2 pour générer du son stéréo de meilleure qualité. Le CD-ROM ajoute un canal dédié pour la lecteur d'audio CD sans charge système.
  • Connecteurs : 2 ports manettes, 1 port d'extension pour le CD-ROM (sauf si intégré), 1 port Nu Card. En fonction du modèle, sortie RF ou A/V